mercredi 14 décembre 2011

AFFAIRE PROUX - MIRONNEAU - GRELON / 1810



Récit des crimes perpétrés par 
Pierre PROUX, Louis MIRONNEAU et Antoine GRELON 
contre un dénommé Jean BOUISSEAU, dit FORGET,
tuilier à Limalonges.


Cette affaire a remué le landernau chaunaisien à l'époque !!!
Des noms oubliés qui reviennent à la surface, une tranche de vie qui se reconstitue autour de la commune de Chaunay, de ses habitants et leurs professions, et qui dessinent un peu plus le portrait d'époque de cette commune rurale, sans histoire, mais pas sans histoires !!!

Tout a commencé le 25 Novembre 1810, entre cinq et six heures du soir, sur la grande route de Paris à Bordeaux, au lieu-dit  appelé la Croix de Vent, commune de Chaunai

++++++++++++++++++++++++


" Antoine Grelon est-il coupable d'avoir commis une tentative de meurtre sur la personne de Jean Bouisseau, avec toutes les circonstances comprises dans l'acte d'accusation ?
Est-il coupable d'avoir commis un vol d'argent au-dit Bouisseau, avec toutes les circonstances comprises dans l'acte d'accusation ?
A-t-il commis ce crime la nuit, avec d'autres personnes, avec violence, qui a laissé des blessures avec contusions, avec toutes les circonstances comprises dans l'acte d'accusation ? "
Note :
Antoine Grelon, propriétaire-cultivateur, agé de cinquante cinq ans, demeurant au hameau des Forges, commune de Chaunay.
" Taille d'un mètre et 706 mm. cheveux et sourcils marrons foncés, front large et un peu chauve, yeux gris, nez gros, bouche moyenne, menton rond, un peu fourchu, teint blême, figure allongée et un peu ridée, barbe un peu grise ".

" Louis Mironneau est-il coupable d'avoir commis une tentative de meurtre sur la personne de Jean Bouisseau, avec toutes les circonstances comprises dans l'acte d'accusation ?
Est-il coupable d'avoir commis un vol d'argent au-dit Bouisseau, avec toutes les circonstances comprises dans l'acte d'accusation ?
A-t-il commis ce crime la nuit, avec d'autres personnes, avec violence, qui a laissé des blessures avec contusions, avec toutes les circonstances comprises dans l'acte d'accusation ? "
Note :
Louis Mironneau, agé de quarante huit ans, menuisier, demeurant en la commune de Chaunai ( ou de Brux, selon sa réponse à son interrogatoire)...
" Taille d'un mètre et 625 mm, cheveux et sourcils châtains clair, front étroit, yeux gris et enfoncés, nez petit et relevé, bouche moyenne, menton rond, figure ronde, barbe grise, ayant une petite cicatrice au-dessus de l'oeil gauche ".

" Pierre Proux  est-il coupable d'avoir commis une tentative de meurtre sur la personne de Jean Bouisseau, avec toutes les circonstances comprises dans l'acte d'accusation ?
Est-il coupable d'avoir commis un vol d'argent au-dit Bouisseau, avec toutes les circonstances comprises dans l'acte d'accusation ?
A-t-il commis ce crime la nuit, avec d'autres personnes, avec violence, qui a laissé des blessures avec contusions, avec toutes les circonstances comprises dans l'acte d'accusation ? "
Note :
Pierre Proux, couvreur, âgé de vingt cinq ans ou environ, demeurant au village de Traversay, commune de Chaunay.
" Taille d'un mètre 652 mm, cheveux et sourcils châtains clair, yeux gris un peu enfoncés, nez moyen, bouche moyenne, visage rond, menton idem, un ??? à la joue droite ".


Nous le saurons bientôt !!!



++++++++++++++++++++++++

Sources :
Grâce à l'aide précieuse et efficace de Gloria que nous ne remercierons jamais assez !!!


Cour d’assises de la Vienne (1811-2001) 
Répertoire méthodique
2 U, 1191 W, 1305 W, 1404 W, 1405 W, 1447 W, 1706 W, 1707 W, 1708 W, 1789 W
Fonds comprenant :
- Arrêt rendu par la Cour d'Assises de la Vienne le vingt neuf octobre 1811.
- Extrait des Minutes de la section criminelle de la Cour de Cassation de Paris le vingt huit novembre 1811.



++++++++++++++++++++++++

- Arrêt rendu par la Cour d'Assises de la Vienne le vingt neuf octobre 1811.

Les  sus-nommés sont prévenus de s'être rendus coupables, sur la grande route de Paris à Bordeaux,
et à peu de distance du hameau de Bel-Air d'assassinat commis avec préméditation, sur la personne de  Jean Bouisseau, dit Forget, tuilier à Limalonges, et suivi du vol de tout l'argent que l'infortuné avait sur lui.


Extrait de l'interrogatoire par le juge, (illisible), du sieur Antoine Grelon, cultivateur, âgé de 55 ans, demeurant au hameau des Forges, commune de Chaunay :

" Le dimanche 25 Novembre 1810, je suis allé à Chaunay pour être à la messe, et pour y faire des affaires.
Je n' avais jamais vu le sieur Bouisseau, et ne le connaissais pas.
Je n'avais pas vu le nommé Mironneau depuis plus de six mois.
Je suis entré au cabaret de Chaunay, avec Louis Aimé, et le nommé Bouroumeau, demeurant à la garde de Brux, et Fouché, demeurant à La Nougeraie, commune de Chaunay.
J'y suis resté une heure et demi.
.../....



++++++++++++++++++++++++


Quarante-sept témoins sont appelés à la barre pour cette affaire : 

1er : Jean Bouisseau, dit Forget, marchand fruitier, demeurant à Limalonges.
2ème : Henry Videau la conche, officier de santé, demeurant à Chaunai.
3ème : Gabriel Moinet, garçon routier (???), demeurant à Rom.
4ème : Marguerite Debenest, femme de François Bonnin, cordonnier, demeurant à Traversay.
5ème : Pierre Beaux, couvreur, demeurant à Traversay, commune de Chaunai.
6ème : Pierre Foin, propriétaire, demeurant à Traversay.
7ème : Jean Dupit, maire de la commune, demeurant à Chaunai.
8ème : Antoine Guillaumet, tailleur d'habit demeurant à Chaunai.
9ème : Louis Guillaumet, cabaretier, demeurant à Chaunai.
10ème : Jacques Morel, gendarme à la Résidence de Couhé.
11ème : Jolly, juge de paix à Couhé.
12ème : Pierre Vincent, dit Lavergne, demeurant à Champagné Le Sec.
13ème : Jean Bourdin, journalier, demeurant à Traversay, commune de Chaunai.
14ème : Jean Rullier, voiturier, demeurant à Payré.
15ème : Jean Épinoux, propriétaire, demeurant à Tagné par Chaunai.
16ème : Barnabé illisible, laboureur à Linazay.
17ème : Jean-Baptiste Duparc, menuisier à Chaunai.
18ème : Guillaume Riffault, aubergiste, demeurant à Chaunai.
19ème : Geneviève Marie, femme Guillaume Riffaut, aubergiste, demeurant à Chaunai.
20ème : François Dupit, patissier (???), demeurant à Chaunai.
21ème : Jacques Bonnet, cultivateur, demeurant à Champagné Le Sec.
22ème : André Lacroix, cultivateur, demeurant à Chaunai.
23ème : Pierre Provost, cabaretier, demeurant à Chaunai.
24ème : Augustin Poupard, cabaretier à Chaunai.
25ème : François Épaillard, journalier à Chaunai.
26ème : François Moutaux (???) aubergiste à Brux.
26ème-bis : Gabriel Marchand, frère de feu Pierre Marchand, vivant cabaretier à Brux.
27ème : Jacques Dorlacq, Maréchal(-Ferrand), demeurant à Brux.
28ème : Charles Grollier, notaire, demeurant à Brux.
29ème : Antoine Mironneau, cultivateur, demeurant à Brux.
30ème : François Mironneau, propriétaire, membre de la Légion d'Honneur, demeurant à Brux.
31ème : François Auger (???), domestique, demeurant à Vanzay.
32èmè : Louis Berthommé, domestique, demeurant à Brux.
33ème : Louis illible, fermier, demeurant à Messé.
34ème : Catherine illisible, femme de Pierre Girardin (???), aubergiste, demeurant à Chaunai.
35ème : François Fouché, laboureur, demeurant à La Nougeraie, commune de Chaunai.
36ème : Louis Aimé, laboureur, demeurant à La Garde, commune de Brux.
37ème : Jean Bouroumeau, journalier, demeurant à Brux.
38ème : Françoise illisible, femme de Louis La...illisible, cabaretier à Chaunai.
39ème : Nanette Fété, femme François Bouchet, demeurant à Chaunai.
40ème : Henry Rainault, sacristain, demeurant à Chaunai.
41ème : Josiane Joreau (???), veuve Mauflastre, demeurant à Chaunai.
42ème : Louis Lambert, cabaretier, demeurant à Chaunai.
43ème : Thérèse Lambert, femme de Jean Chesné, garçon (?), demeurant à Chaunai.
44ème : Louis Jolly, percepteur de le commune de Chaunai, y demeurant.
45ème : Louis illisible, commissaire, demeurant à Chef-Boutonne.
46éme : Jeanne Morissaud (???), épouse de Jean illisible, garçon d'écurie, demeurant à Limalonges.
47ème : Jean Vincent, Boulanger, demeurant à Chaunai.



++++++++++++++++++++++++




- Extrait des Minutes de la section criminelle de la Cour de Cassation de Paris le vingt huit novembre 1811.




Note :
Les sieurs  PROUX - MIRONNEAU - GRELON avaient déposé une demande en nullité du premier jugement, demande rejetée par la Cour de cassation pour les motifs suivants :

1- Au motif du dépassement du délai fixé par l'article 296 du code de l'instruction criminelle.
2- Au motif que le jugement de la Cour d'Assises de la Vienne a été rendu conformément à la loi et que doit être opposée une fin de non-recevoir aux demandes en nullité déposées par les sus-nommés.
3- .../...


>>> À suivre !!!



Monsieur le Président demande aux accusés s'ils n'avaient rien à dire pour leur défense, et n'ayant rien répondu, la Cour, rentrée à l'audience publique, a prononcé contre les dits Pierre Proust, Louis Mironneau, et Antoine Grelon l'arrêt de condamnation conformément au réquisitoire de l'avocat général.
Monsieur le Président a retracé aux accusés la manière impartiale avec laquelle ils avaient été jugés, et les a excités à la résignation (!!!).Il les a averti qu'ils avaient la voie de la demande illisible (d'Appel ???), dans les délais prescrits par la loi.
Les accusés ont été reconduits à la maison de justice, et Monsieur le Président a levé la séance, le 29 du présent mois d'Octobre (1810), à 4heures de l'après-midi.